Lecture Streaming

Lecture en streaming

Et vous ? Êtes-vous certain de n’avoir rien à vous reprocher ?

Pat.CosmiXki-e-Jugement1.jpg

e - Jugement

© Pat CosmixKi

Chapitre 3 

L'Imagination est plus importante que le savoir

Albert Einstein

L'Homme de l'Avenir sera celui qui aura la plus longue mémoire

Nietzsche

                                                   Chapitre 3

Jim, qui était installé confortablement dans le canapé de cuir fauve du salon d’attente, ne cessait de regarder autour de lui, mal à l’aise. C’était la première fois qu’il mettait les pieds dans ce genre d’endroit, et l’atmosphère qui s’en dégageait était à la fois envoûtante et troublante.

À ses pieds un tapis décoré d’une grande rosace avec tous les signes astrologiques sur fond de ciel étoilé, et sur les murs de velours cramoisi, le retour d’un éclairage tamisé. À côté du fauteuil Louis XV, un petit guéridon recouvert de journaux féminins, de perceptions extra-sensorielles et de parapsychologie.

Il feuilleta un ou deux magazines.

Il n’y était question que de destinée, de partenaire idéal en amour, ou de bonheur en affaires. Le garçon se demandait bien ce qu’il faisait là, “lui qui avait autant de chance dans les trois !”

Seul un parfum féminin lourd et envoûtant qui flottait dans la pièce le faisait encore patienter.

Il haussa des épaules en pensant à cette manie qu’avait le boss de la FiXion Foundation de lui trouver des stages de formation toujours plus insolites les uns que les autres !

C’est une voix très douce et aux intonations spécifiquement féminines qui le fit se lever pour en découvrir l’heureuse propriétaire.

Une belle femme d’âge mûr, presque aussi grande que lui, avec de longs cheveux auburn qui encadraient un visage bien arrondi, et des yeux couleur nuit d’envoûtement qui virèrent au coquin quand elle lui sourit doucement.

Elle lui tendit une main couverte de bagues qui scintillèrent comme des feux follets quand il s’empressa de la frôler du bout des lèvres.

— Bienvenue jeune homme.

Jim perçut que son charme opérait déjà et il releva même une lueur d’admiration tout au fond des jolies prunelles.

Il bomba le torse.

Elle fit un demi-tour impeccable sur des talons de dix centimètres de haut et Jim se félicita (on ne se refait pas) d’avoir la chance de pouvoir profiter à loisir du spectacle.

La longue silhouette était dessinée par une tenue de sport noire avec collants et sweat moulant merveilleusement chacune des généreuses formes.

Ils entrèrent dans une pièce sans fenêtre et plus petite que le salon d’attente. Elle était meublée elle aussi en XVIIIe siècle. Un bureau en marqueterie de palissandre et d’acajou blond, orné de beaux bronzes dorés, et deux fauteuils de la même époque.

L’incontournable commode au plateau de marbre sur lequel reposait une bougie sur un candélabre d’argent.

Le reflet de la flamme hésitante léchait la surface de la boule de cristal qui renvoyait leurs silhouettes en ombres chinoises mouvantes et troublantes sur les murs toujours tapissés de velours cramoisi.

Dans le fond, un canapé laqué beige, recouvert de soierie mordorée, invitait au repos en tendant des accoudoirs sculptés et dorés à la feuille de cuivre.

— Je suis très fière que votre fondation ait choisi ma modeste entreprise pour votre stage de formation, mais je ne suis pas sûre d’être la mieux placée pour vous parler de voyance.
Jim s’enivrait du parfum de la belle à plein poumon.
— Vous savez, si mon patron vous a choisie, c’est qu’il avait une petite idée derrière la tête...
— Ah bon... Peut-être qu’il a lu mon dernier ouvrage – elle lui désigna un épais livre posé sur un coin du bureau du bout d’un joli doigt à l’ongle méticuleusement verni de rouge carmin.

Jim admira la couverture sur fond de symboles zodiacaux et au titre prometteur 

                     “Précognition Quantique” par Ludivine Astrale.‘‘

Celle-ci avait ouvert son computer portable, posé sur la table devant la boule de voyance, et commencé à y remplir une fiche au nom de Jim.

— Monsieur Jimmy Starwway, vous avez un nom prédestiné pour étudier les astres et ce qu’ils veulent nous dire. Vous vous y connaissez un peu ?

— Pas du tout... C’est d’ailleurs la première fois que je rencontre une voyante ! Et je dois bien avouer que si vous me tirez les cartes ou regardez dans votre boule, vous allez sûrement découvrir que c’est mon jour de chance.

— Vous êtes surtout un charmant garçon.

Jim se passa la main dans sa chevelure couleur de jais, coiffée à la vitesse du vent de la voiture de sport décapotable qui l’avait amené, et fronça les sourcils, juste pour souligner le gris bleu de son regard de séducteur impénitent. Elle sourit amusée par la tentative et poursuivit :

— D’après votre patron, je dois vous parler de voyance ?

Elle saisit son livre placé sur le bureau et fit défiler les pages en les caressant de ses longs doigts fins.

— Comme je l’ai expliqué là-dedans, nous pouvons partager l’étude en trois parties. L’historique, les différentes applications, et une troisième qui va peut-être vous surprendre pour une professionnelle des sciences occultes. En effet, j’y propose une explication inspirée de la physique quantique, où cerveau et conscience universelle seraient connectés par une sorte de fonction holographique commune !

Jim fronça à nouveau les sourcils, les narines frémissantes. Elle balaya l’espace d’un geste de main charmant comme pour en disperser les mauvais esprits.

— Mais commençons par un peu d’histoire. Depuis toujours, il existe des hommes et des femmes dotés de pouvoirs que beaucoup qualifient de surnaturels. On a trouvé des tables de prédictions vieilles de 3000 ans avant Jésus Christ jusqu’à nos jours à travers toutes les grandes civilisations. Dans l’antiquité, les augures étaient chargés de traduire les présages des divers phénomènes naturels, orages, éclairs, vols d’oiseaux. La Pythie de Delphes transmettait aux prêtres les oracles d’Apollon. Puis le christianisme est arrivé et les voyants sont devenus des sorciers. Ce qui n’empêcha pas ceux qui avaient reçu le don, de continuer en secret. Heureusement certains dépassèrent les interdits de l’époque et publièrent même des ouvrages. Le plus célèbre fut Nostradamus dont les prophéties font encore l’objet d’analyses aujourd’hui.

— Dépasser les interdits, voilà quelque chose que j’aime bien !
Elle lui répondit par un sourire.

Elle avait vraiment un très joli sourire, un peu triste.

— Maintenant, parlons des différentes applications. Suivant les sources de la voyance, nous aurions le don de traduire en images des phénomènes passés, présents ou futurs. Le médium lui aurait celui de transmettre des messages entre les mondes très différents des morts et des vivants. L’astrologue utilisera la carte astrale pour définir une personnalité et en déduire ses forces et faiblesses. Le numérologue va s’intéresser aux chiffres. Quant aux outils ou objets utilisés le plus couramment, vous les connaissez certainement : le tarot, les lignes de la main, les dates de naissance, le marc de café, la boule de cristal, etc.

— Et la troisième partie de votre livre : vous avez dit... Fonction holographique... Connectée ?

— Oui, c’est de loin la plus surprenante et innovante. La fonction holographique du cerveau et de la conscience universelle...

Devant les sourcils à nouveau froncés de Jim, elle poursuivit :

— C’est passionnant, vous savez. Karl Pribram et David Bohm, deux chercheurs du vingtième siècle, ont fait des recherches sur des axes différents, mais ils ont abouti à la même conclusion : l’univers ne serait qu’une gigantesque illusion. Nos petites cervelles construiraient ce qui nous apparaît comme une réalité, mais la réalité objective n’existerait pas. Si ce paradigme se confirmait, cela changerait complètement notre façon de concevoir le fonctionnement du cerveau humain et de notre univers : ils seraient tous les deux holographiques et interconnectés. C’est une théorie qui laisse bien des scientifiques sceptiques, mais qui donne une toute nouvelle approche, et un début de compréhension de phénomènes paranormaux et des perceptions extra-sensorielles encore inexpliquées.

— Tel que ?

— La télépathie et la psychokinésie, vous savez le pouvoir de déplacer ou tordre des objets par la pensée. Le sentiment de ne faire qu’un avec l’univers, le sentiment de déjà- vu, la synchronicité, et bien sûr la précognition, je vous conseille vivement de lire mon ouvrage sur ce point, car c’est un peu long à développer.

Comme Jim restait sans voix :
— Bien sûr, si vous avez des questions, n’hésitez pas.
— À propos de questions, quelles sont celles qui amènent le plus les gens dans votre cabinet ? Même si je m’en doute un peu !
— En effet, ce sont bien souvent les mêmes, donc ce n’est pas trop difficile d’avoir des réponses toutes prêtes, ce que vous sous-entendez, bien sûr. Vais-je retrouver mon premier amour ? Mon couple va-t-il s’en sortir ? J’aime un homme qui est marié, va-t-il la quitter pour moi ? Mon mari est-il fidèle ? Vais-je enfin toucher cette somme d’argent que j’attends depuis si longtemps ?

Jim se mit à rire.

— Comment reconnaît-on un bon voyant d’un charlatan ou d’un exploiteur de la détresse et de la superstition humaine ?

— Quelqu’un qui vous parlera de vous et de votre passé sans vous poser de questions.

— Mais ce qui intéresse surtout les gens, n’est-ce pas leur futur ?
— Bien sûr, et c’est bien là mon problème !
Jim fit la tête de celui qui ne comprend pas, et il était très fort à ce petit jeu, avec sa belle gueule d’ange, sourcils en l’air et moue dubitative.
— Malheureusement, je ne peux pas vous présenter une séance de voyance, car

suite à un traumatisme j’ai perdu mon don et ne vois plus le futur...

— Surprenant pour une voyante, mais alors comment faites-vous pour continuer à travailler ?

— Je ne fais plus que de l’hypnose. Je l’explique dans la dernière partie de mon livre. En plongeant les gens dans un sommeil artificiel, je peux, en remontant dans leur temps, retrouver un événement traumatisant, enfoui au plus profond de leur mémoire, le faire remonter à leur conscience, ce qui permet ensuite, avec l’aide de psychologues, de le traiter.

— Vous êtes donc une voyante du passé ! ironisa l’insolent.


Jim commençait à comprendre pourquoi son boss l’avait envoyé voir cette femme. Un homme qui connaissait bien son histoire personnelle, car il l’avait sorti plusieurs fois d'un mauvais pas pendant toute son enfance et son adolescence.Le passé d’un être abandonné, qui avait dû certainement laisser quelques séquelles.

Il se caressa à nouveau nerveusement la tignasse :
— En fait ce qui m’intéresse surtout...
Elle leva la main pour l’interrompre.
— Ne m’en dites pas plus... Nous allons faire un test tout de suite.

Elle le fit s’installer confortablement sur le canapé, s’assit à ses côtés et planta son regard de diseuse de bonne aventure dans celui du garçon, qui eut du mal à contenir son trouble.

— Vous avez de très beaux yeux, monsieur Jim.

— Je peux vous retourner le compli...
Sa tête venait déjà de tomber sur sa poitrine.

Ludivine approcha alors son computer portable et commença de prendre quelques notes, en continuant de lui parler de sa voix suave et profonde :

— Voilà Jim, tu es un bambin et tu galopes derrière une grande personne, te souviens-tu ?

— Oui, ne me laissez pas, ne me laissez pas, emmenez-moi avec vous !

— Nous n’y sommes pas encore Jim, remonte encore plus haut dans ta mémoire, je sais que tu en es capable... cherche un moment où tu as très peur...

— Non pas là, je ne veux pas y aller... non pas là-bas !
— On approche, continue à me raconter.
— Je vous déteste et d’abord vous n’êtes même pas mon père...
— Voilà, on y est... raconte....
Jim dodelina de la tête et soudain parut très agité.
— Non pas vous ! Je ne veux pas aller avec vous...
— Raconte Jim, qu’est-ce qu’il te fait le monsieur ?
La voix de Jim monta dans les aigus, il se redressa sur son siège.
— Maman, maman ! Réveille-toi, je t’en supplie, maman... qu’est-ce que tu as fait à ma maman... qu’est-ce tu lui as fait... Non... laisse-la... laisse-la... je ne veux pas... je ne veux pas... Arrête, je te dis... Non pas ces yeux-là... ne fais pas ces yeux-là... Ne m’attrape pas... Ne m’attrape pas...

La voyante, jugeant que l’expérience risquait d’être néfaste, décida de l’arrêter. — Maintenant, vous allez vous réveiller Jim, tout doucement...

Jim sortit de sa torpeur, le souffle court et la poitrine haletante. — Reprenez un peu vos esprits.
Elle lui tendait un verre d’eau.
— Alors, demanda le garçon, ça a marché ? J’ai parlé ?

Elle hocha de la tête.
— Nous avons déjà une petite idée.
— Déjà ! Vous êtes incroyable.
— Je pense que tout enfant vous avez assisté à une scène terrible entre vos parents. Mais je ne peux vous en dire plus pour l’instant, revenez la semaine prochaine pour une prochaine séance... On finira bien par découvrir ce qui vous tourmente à ce point. Je pense que vous en voulez beaucoup à votre père.

— De père ! Je n’en ai jamais eu. Que des pères de substitution. De famille en famille, de ceux qui vous rajoutent à leurs gosses pour arrondir les fins de mois.

Le smartphone de la voyante, posé sur son bureau, se mit à vibrer.

Elle y jeta, un coup œil, juste pour lire le titre du message :

— “e-Jugement” ! Qu’est-ce que c’est, que cette bêtise encore ?


Intrigué, Jim, à peine remis de ses émotions, sauta sur ses grandes jambes.
— Là, c’est à mon tour de vous aider, ce sont des e-mails de chantage, envoyés de par le monde pour extorquer de l’argent. Je pense que nous allons bientôt devoir enquêter là-dessus, à l’agence.

Ludivine Astrale ouvrit l’e-mail et blêmit. Elle porta la main à sa bouche, mais ne put réprimer un cri d’indignation :

— Ah ! Non, pas ça encore !

Avant qu’il n’ait eu le temps de réagir, Jim vit ses yeux se révulser et elle glissa tout doucement de son siège pour tomber sur le plancher, heureusement recouvert de l’épais tapis décoré de la rosace astrale.

Jim se précipita et la prit dans ses bras.
— À chacun son tour... alors ?
Submergé par le parfum et la douceur de ce corps de femme, serré tout contre lui, il dut prendre sur lui pour se concentrer sur le plus urgent.

Il fit rapidement le 112.

La caserne ne devait pas être loin, car à peine cinq minutes, après les secours étaient déjà là. Pendant que les charmants jeunes gens habillés de bleu nuit se bousculaient autour de leur patiente encore inconsciente, Jim en profita pour jeter un œil sur l’e-mail qui avait causé un tel émoi. Il y avait un lien qui dirigeait vers une vidéo.

Il siffla entre ses dents : une femme nue au corps de déesse grecque était attachée à deux poutres en forme de croix.

Elle y subissait le fouet... La femme qui se tordait sous les coups de cravache ressemblait trait pour trait à sa voyante, mais, beaucoup plus jeune.

Il siffla à nouveau :
— Elle a raison, le passé, ce n’est pas mal non plus !

à suivre...Extraits 4 ou AMAZON

Amazon-fond-bleu2.jpg
UDP_KCP_Ad_w_border_2x._CB273393087_.png

Télécharger

Le Roman

sur Amazon

Certificats de Dépôt : eJugement 2ème version :Pat-Cosmixki©e-Jugement 2018

Certificats de Dépôt :
1ère version : m-o-d©PJL2017
2ème version : e.Jugement©Pat.CosmixKi2018

Copyrights :
(la série) @The neXt_ones devenue @FiXion Foundation en 2017 © copyright the neXt_Ones PJL 2009 tous droits réservés
© copyright the neXt_Ones PJL 2012 tous droits réservés
© copyright The neXt_Ones / “m-o-d” PJ L 2015 tous droits réservés FiXion Foundation/“m-o-dy”@ PJL 2017

Crédit photo : Images 123RF.com

Images couvertures et Intérieur : Kenny Kiernan@123RF.COM Bruce Rolff@123RF.COM

PAO : Pat.Cosmixki

Correction mise en page : Mathilde Mafalda Vidal

ISBN : 978-2-490204-04-5 EAN : 9782490204045

e-jug1_edited_edited.png