Lecture Streaming

#HISTOIRES COURTES (d)

TEXTES ©PAT COSMIXKI:2020  COPIE ET REPRODUCTION NON AUTORISEE

Série : Le Futur Est Presque Parfait

Cosmixki.Copyright3.jpg

#HistoireCourte #SF #Humour #Robot #A.I.#Espace

Intell.Améliorée4.jpg

Intelligence Artificielle : N°1


                           Une Intelligence Artificiellement Améliorée !

 

 

Un gentil garçon qui n’avait pas l’air d’avoir inventé l’eau chaude se retrouva devant un médecin spécialiste du cerveau.
— Voilà, docteur, j’ai du mal à comprendre les choses, même si on m’explique longtemps, bref on dit autour de moi que je ne suis pas très malin. Est-ce que vous pouvez faire quelque chose pour arranger cela?

— Parfaitement, cher monsieur, et on peut dire que vous avez de la chance. Je lance une nouvelle technique de greffe d’I.A. ou d’Intelligence Artificielle si vous préférez, et vous serez l’un des premiers à en profiter.
— Intelligence Artificielle? Ça veut dire quoi exactement?

— C’est fabuleux, c’est comme si on vous greffait un computer dans la tête. Un computer évolutif qui, grâce aux technologies de “Deep e-Learning” et de “Machine e-Learning”, va apprendre tout seul. Et sans aucun effort de votre part.

— Sans effort?
— Exactement! Vous allez être aussi intelligent et instruit qu’un ingénieur des Grandes Écoles. Vous apprendrez à parler le chinois en trois jours! Vous pourrez refaire et vérifier au passage tous les calculs d’Einstein et même peut-être les améliorer.
— Fascinant! Et c’est douloureux?
— Pas du tout, la greffe se fait par télépathie.
— Mais alors je pourrai... faire ma déclaration fiscale tout seul sur internet! — Sans aucun problème.
— Et alors je pourrai apprendre les tables de multiplication par cœur?
— Et même en anglais si vous voulez !!
Le patient prit un temps de réflexion. On sentait qu’il hésitait un peu, comme si la question qu’il allait poser, était vraiment exceptionnelle.
— N’hésitez pas, lancez-vous, l’encouragea le spécialiste du cerveau.
— Ben justement...
— Dites, n’ayez pas peur, je vous dis que vous allez tout comprendre...
— Même...
Visiblement, l’homme devait faire un effort pour avouer sa faiblesse, mais il se jeta à l’eau :
— Même les conditions d’utilisation des GAFAM ? Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft et les autres, Twitter, Instagram...

Le spécialiste en médecine passa la main sur la peau de son crâne qui était aussi lisse que le cuir du fauteuil de grand patron dans lequel il était affalé. Son beau regard bleu un peu désabusé laissa lui aussi planer une seconde d’hésitation :

Puis, il concéda :
— Bon au début... il faudra quand même y aller doucement!

Une semaine après la greffe, le bon docteur reçut à nouveau son gentil patient, mais pour une visite de contrôle, cette fois-ci.
— Alors, content?
— Inimaginable! Incroyable! Mille fois mieux que fantastique! En quelques jours, j’ai lu et appris tout ce que l’humanité a trouvé et inventé depuis qu’elle se sert de sa tête.

— Vous voyez, je ne vous ai pas raconté d’histoire! Et les GAFAM ?
— Du gâteau, d’autant qu’au début j’étais branché en permanence sur le web ! Impossible de me déconnecter du wifi!
— Ah! Ce n’est rien, c’est juste un petit bug, ça arrive. Je vais vous arranger ça!
— C’est pas la peine, merci docteur, j’ai déjà résolu le problème tout seul. Pour les GAFAM, je vous ai dit : du gâteau ! Non seulement j’ai tout lu, tout compris jusqu’au bout, mais je leur ai même signalé et corrigé quelques erreurs de droit international.
— Super!
— En effet, en plus j’en ai profité pour apprendre à déchiffrer puis écrire tous les langages de codes informatiques : JavaScript, C, Python, C++, PHP, HTLM, CSS, etc.
— Ben dites donc, chapeau!

Le patient se pencha alors en avant et murmura à voix basse, comme si l'objet de son soucis était plus que confidentiel :
— À propos des bugs et des erreurs que vous m’aviez laissés dans la tête, j’ai bien l’impression que si je vous fais un procès, vous allez le perdre... qu’est-ce que vous en pensez?

Surpris, le spécialiste souleva un sourcil puis le second et les rapprocha l’un de l’autre.
— C’est à dire?
— Je ne vous parle pas des conséquences sur votre réputation, puis sur votre situation financière.

— Mais encore? Je vois un peu où vous voulez en venir, mais vous êtes sûr que vous pouvez gagner?
Le grand ponte avait soudain perdu un peu de sa belle assurance.
— Et comment! J’ai eu le temps d’étudier et de connaître par cœur la jurisprudence de tous les cas similaires, et je peux vous assurer que vous n’avez aucune chance.

— Ce qui signifie...
— Cela!
Le patient, qui avait récupéré l’autorité et l’aplomb que l’autre avait un peu oublié, lui tendit une feuille de papier sur laquelle il avait écrit un chiffre... énorme!
— Vous me devez des indemnités dont voici à peu près le montant.
Le bon docteur se recula si brutalement sur son fauteuil de grand patron qu’il en détruisit le mécanisme de bascule et se retrouva allongé sur la moquette en pure laine, heureusement épaisse comme le dossier médical d’un pensionnaire de maison de retraite.
— Si vous me payez tout de suite, ça vous évitera les frais d’avocat bien sûr! lui suggéra courtoisement le plaignant.

Une fois relevé et après un court instant de réflexion puis de négociations, le praticien alluma son computer en maugréant, un peu, beaucoup.


Il essaya de négocier encore une dernière fois les conditions de paiement que le patient, bon prince, lui accorda.

Enfin, il lui envoya un premier virement plus que conséquent en maugréant, un peu, beaucoup, passionnément.

En raccompagnant l'heureux gagnant à la porte, le bon docteur, ne put s’empêcher de lui poser une dernière question :
— Et pour le bug, comment vous avez fait?
— Fastoche! Je suis entré dans votre base de données et j’ai modifié le biais qui était à l'origine du bug, maintenant tout est OK! Néanmoins, et par mesure de sécurité, j’ai déconnecté votre système de greffe par télépathie pour vous éviter de nouveaux ennuis.

Soufflé, le toubib, balbutia :
— Mais comment je vais faire avec mes nouveaux patients !
Le visage de notre héros s’éclaira d’un large sourire :
— Ne vous inquiétez pas : vous n’aurez qu’à me les envoyer ! J’ai aussi eu le temps de faire un peu de médecine...

Une fois retombé dans son large et profond fauteuil, le praticien se massa longuement le cuir chevelu, son beau regard hachuré par une multitude de points d’interrogation, qui se jetaient les uns sur les autres.

Le bon docteur se torturait les méninges pour trouver, où, quand et comment toute cette histoire avait bien pu commencer à déconner !

                          IntelligenceArtificiellementAméliorée@PatCosmixki2020