Lecture Streaming

Lecture en streaming

Naissance d'un Auteur Cosmixk...

Pat.CosmixKi-Imaginaire-Impossible-1.jpg

IMAGINAIRE IMPOSSIBLE

© Pat CosmixKi

Chapitre 1- 2 - 3

Sans imagination, l'amour n'a aucune chance.

Romain Gary

Ne restreins pas le champ du possible aux limites de ton imaginaire

Antony Bouchardon

Chapitre 1

Il fut le seul survivant du crash d’un mystérieux aéronef dans un champ de lavande du Sud-Est de la France.

Mystérieux, car le vaisseau spatial se reconstitua tout seul, et s’éleva à nouveau dans les airs pour s’évanouir dans un ciel d’airain, laissant le bébé sur place.

Le nourrisson fut recueilli par un couple de fermiers.

La femme remarqua bien qu’il avait une drôle de tête, mais elle ne s’en inquiéta pas outre mesure, car c’était souvent le cas dans la région.

Ils ne l’ont jamais déclaré en Mairie de peur que des hommes en noir ne viennent le reprendre ou pire le supprimer.

Déjà tout gamin, et pendant longtemps, ses parents se demandèrent où il pouvait bien aller chercher toutes les histoires déjantées qu’il leur racontait.

Leurs craintes redoublèrent quand ils prirent conscience qu’elles étaient souvent prémonitoires.

Ils n’en comprirent la raison que bien plus tard : il était branché sur le web avant même que celui-ci n’existât.

Jugeant alors qu’il en savait déjà beaucoup trop pour son âge, ils décidèrent de ne plus l’envoyer à l’école.

En plus, cela leur ferait des économies.

Arrivé à l’âge adulte, son insatiable curiosité, sa capacité d’adaptation et surtout la nécessité, lui firent exercer un peu tous métiers.

Surtout ceux que certains appellent avec dédain “petits”...

Il fut successivement ouvrier d’usine, garçon de café, barman de boîte de nuit, maître d’hôtel, photographe de mode et de publicité et enfin commercial dans la communication et l’évènementiel...

Partout, il rencontra des gens fantastiques, fiers de gagner leur vie et celle de leur famille grâce à leur travail.

Chapitre 2

Pendant sa période photographe de mode, alors qu'il travaillait sur les bords de Seine par une nuit d’août caniculaire, avec l’un de ses modèles féminins préférés, une tempête d’une violence inouïe les surprit.

La chance, ou le destin, leur fit trouver refuge dans la bibliothèque du centre de Beaubourg, par une porte laissée battante.

Immense bateau, aux multiples cheminées, abandonné désert, tous feux éteints, au milieu d'une ville des mille lumières qui étaient bien vacillantes ce soir-là.

Les Dieux Jupiter et Neptune avaient choisi la place comme terrain de jeu pour s’y livrer un combat homérique.

Le ciel et la Seine étaient zébrés d’éclairs qu’ils se jetaient à la tête comme deux fous furieux.

Leurs flèches venaient s’écraser en éclats d’or et d’argent sur les façades de Notre-Dame, de la tour Eiffel et du pont Alexandre III, dans un vacarme de champ de guerre.

Après s’être ébroués comme des chiens mouillés, heureux de trouver un abri au sec et au chaud, et poussés par la curiosité, ils décidèrent de s’aventurer un peu plus avant dans les immenses salles d’exposition totalement vides à cette heure-ci.

Pour la plupart, il s’agissait d’art contemporain, peinture et sculpture.

Soudain, la comédienne donna un coup de coude à son ami en lui désignant une pancarte d’animation : “Vous êtes un Héros en 3D”.

Juste en dessous, un bandeau publicitaire indiquait plus de détails :

“Faites-vous numériser de la tête aux pieds et partez pour un incroyable voyage dans le Multi-Univers. A la recherche de votre raison d’être et de vivre, découvrez votre trésor personnel.”

Pour encourager le client, il y avait les silhouettes de personnes célèbres comme des acteurs et actrices, des vedettes de la chanson et d’autres, totalement inconnus, qui avaient fait l’expérience et affichaient au retour des yeux émerveillés.

Les deux jeunes gens se précipitèrent dans l’espace réservé à cette animation pour y découvrir une étrange machine, sorte de scanner géant, dans lequel on pouvait entrer debout.

Juste à côté, un tableau de commande scintillait comme celui d’un jet intergalactique.

Pour rire, il se glissa dans la zone d’exposition du laser.

— Regarde, c’est bizarre, on dirait qu’ils ont oublié d’arrêter cette machine, s’exclama son amie, le doigt pointé vers une touche digitale.

— Ne touche à rien, SURTOUT !!! eut-il tout juste le temps de crier avant de voir fondre sur sa tête le rayon lumineux au chuintement caractéristique...

Aveuglé, il ferma les yeux.

Étrangement, quand il les rouvrit, il se retrouva au même endroit, mais sa copine avait disparu...

— Salut mon pote !

Chapitre 3

Il se retourna vivement et porta tout aussi vivement la main à sa poitrine.

Il venait de découvrir derrière lui une image fantomatique, un spectre, dont la silhouette bleutée se matérialisait peu à peu en une très belle femme aux formes calculées géométriquement.

Vêtue d’un tailleur gris souris et bleu nuit d’hôtesse d’accueil, il la trouva très sexy. De plus, le petit calot incliné sur sa tête, posé en équilibre juste devant le chignon, lui donnait un petit air très coquin.

— Salut mon pote ! répéta-t-elle. Ne t’inquiète pas pour ta copine, elle t’a quittée, mais c’est normal, puisque vous n’avez pas le même futur... donc vous n’êtes plus dans le même univers.

— Mais où suis-je ?
— Dans la mémoire universelle du monde !
Il la regarda, mi-crédule, mi-rigolard.
Elle précisa :
— Y a dû y avoir un bug dans la machine, tu sais, de nos jours, tous ces trucs

informatiques, n’en font plus qu’à leur tête.
— Mais alors je suis vraiment devenu un être virtuel.
— Tout à fait mon pote! Tout comme moi.


Elle le toucha. Il sursauta.
— Mais je t’ai sentie !
— Eh bien ! C’est normal puisque nous sommes virtuels tous les deux.
En tout cas, virtuelle ou pas, elle avait vraiment des formes à faire fantasmer un hacker boutonneux.

— Qui es-tu ?

— Aphrodite 4.0
— Aphrodite, ce n’est pas très original ça !
— C’est normal, car je suis une muse, comment voulais-tu que je m’appelle ? Inspiration ? Intuition ? Illumination ? Délire ? Divagation ? Tout ça en 4.0 !

— Une muse?

— Oui, une muse de romancier !
— Et pourquoi 4.0 ?
— Regarde autour de toi, tu es dans une bibliothèque qui ressemble à celle du centre culturel Beaubourg, mais en fait, je viens de te le dire, tu es entré dans la mémoire universelle du monde, où passé, présent et futur sont interconnectés... c’est pourquoi nous sommes en 4D.

— Mais sur le panneau... ils parlaient de 3... D.

— Oui, mais tu sais, comme je te l’ai déjà dit, tous ces trucs numériques maintenant ils font ce qu’ils veulent, en plus, on n’arrête pas l’évolution... minauda-t-elle en caressant ses formes.

Elle lui désigna une autre pancarte d’orientation, affichant : “Exposition Pat CosmixKi”.


Il hocha de la tête, négativement.
— Cela ne me dit rien !

— Et pourtant, ça existe, aussi sûr que nous sommes tous les deux dans la mémoire universelle, celle où le passé, le présent et le futur sont...

— Il me semble que tu te répètes.

— Oui, j’adore cette expression, je ne m’en lasse pas : celle où passé, présent et... sont...

— Bon, ça va, j’ai compris !

Elle lui fit signe de la suivre, avec sa démarche chaloupée par la hauteur de ses talons aiguilles.

Ils prirent un petit escalier mécanique qui les mena rapidement à l’entrée de la salle d’exposition au premier étage.

Il ne put réprimer un soupir d’admiration devant les gambettes qui dansaient sous la mini-robe.

À l’entrée, une animation déroulante en lettres de lumières et de couleurs annonçait les thématiques :

“C’est parce que le futur est inimaginable que j’ai eu envie de vous le raconter !”

“Transhumanisme, quel avenir pour l’humanité ?”
“Les pouvoirs de la Nouvelle Spiritualité !”
“Comment s’interconnecter à la Conscience Universelle ?”

Son regard, bien malgré lui, revint sur les formes de sa nouvelle copine, et très vite le détacha de ces considérations hautement philosophiques :

— Drôlement bien roulée la fée Imagination 4.0 !

— Je suis un hologramme femelle, je prends la forme que je veux... je peux me conformer au désir de tous... et de toutes... tour à tour, je deviens blonde, brune, rousse... asiatique, noire, blanche... grande, petite, ronde ou mince comme un portemanteau de défilé de mode...

Elle avait marqué un temps d’arrêt juste avant de franchir l’espace d’entrée de l’exposition “Pat CosmixKi”.

— Maintenant, je dois te prévenir, si je te fais signe, tu dois absolument fuir à toutes jambes, car les êtres que nous allons rencontrer sont terribles... monstrueux...

— Là, tu commences à me faire peur, si moches et si effrayants que ça ?

— Pire ! Ils sont issus des dernières technologies, mais avec une cervelle d’homme des cavernes.

— Vraiment, tu m’inquiètes ! En revanche, je réitère : t’es vraiment bien roulée... et sexy...

Elle haussa les épaules :
— Du genre obsédé, le mec, un peu non ?

A suivre... Extraits 2...

 

Amazon-fond-bleu2.jpg
UDP_KCP_Ad_w_border_2x._CB273393087_.png

Crédit photo : Imaginaire Impossible

Images couverture
Licence étendue 123RF.
Auteur : Christos Georghiou©123RF Images Illustrations fonds
Licence : CC0 Creative Commons

PAO : Pat.CosmixKi
Fonts :
Zallord regular©AliceWhales Licence étendue
Raveparty bold ;
AbjectFailure regular
FF/Mac/128 bit technologies LLC

ISBN : 978-2-490204-02-1

EAN : 9782490204021

Numéro de Copyright : 00065312-1

Imaginaire Impossible © Pat.CosmixKi2018

Corrections/Mise en page : Mathilde Mafalda Vidal

Fléche2_edited.png
Imp4_edited_edited.png

Télécharger

La Nouvelle